Logo SeaTech

L’UTLN analyse les leviers de croissance RSE des entreprises



Des enseignants-chercheurs des universités de Toulon et de Nice ont réalisé une étude identifiant les leviers de performance RSE des entreprises et capable de prédire leur croissance. Primée par l’Association internationale de management stratégique, elle pourrait permettre l’élaboration de modèles d’aide à la décision

« Donnez-moi un point d’appui et je soulèverai le monde ».

Lorsqu’Archimède prononça ces mots, il était sans doute loin d’imaginer qu’en 2017, des chercheurs en science de gestion appliqueraient sa philosophie à la performance sociétale des entreprises (PSE). C’est pourtant, en substance, ce que décrit une étude récente réalisée par Sami Ben Larbi et Alain Lacroux, enseignants au département Gestion des Entreprises et des Administrations (GEA) de l’IUT de Draguignan et chercheurs au laboratoire CERGAM de l’Université de Toulon. Avec leur collègue niçois du laboratoire GRM, Philippe Luu, ils ont pu identifier quels leviers environnementaux, sociétaux et de gouvernance (ESG) une entreprise devrait actionner pour se hisser dans le haut du classement de la performance RSE.

« La mise en œuvre de telles stratégies sociétales peut conduire à développer un avantage compétitif spécifique et non imitable sur la concurrence », notent-ils.

Scores, coefficients de régression, graphiques… Les trois chercheurs dressent une analyse fine du pouvoir explicatif et prédictif des critères ESG en s’appuyant sur une base de données de Vigeo Eiris - leader européen de mesure de la responsabilité sociale des organisations – composée de 37 critères répartis en six domaines : environnement, RH, comportement sur les marchés, gouvernance, engagement sociétale et droits humains.

Les résultats obtenus sur un échantillon de 2452 entreprises sur la période 1999-2015, montrent que les leviers de performances diffèrent selon le modèle de capitalisme relevé par l’économiste Bruno Amable :

« Le positionnement stratégique d’une entreprise vise à développer le potentiel commercial de ses activités en conquérant une nouvelle clientèle exigeante et soucieuse d’être en phase avec les valeurs actuelles de la société, expliquent Sami Ben Larbi, Alain Lacroux et Philippe Luu. Sur le plan micro-économique, il importe pour une entreprise évoluant dans un environnement concurrentiel de déployer des stratégies de différenciation en matière de RSE dans des domaines autres que ceux d’appartenance. »

Si les travaux de ces dernières années ont permis de comprendre les différences de performances sociétales dans les systèmes économiques nationaux, ils n’ont cependant pas toujours permis d’appréhender la dynamique des comportements RSE des entreprises ainsi que les motivations d’ordre micro et macro-économiques qui animent les stratégies mises en œuvre à l’échelle mondiale. L’étude menée par les enseignants-chercheurs de l’UTLN et de l’UNS identifie précisément les stratégies ESG déployées par les entreprises dans leur système économique d’appartenance. Primée par l’association internationale de management stratégique (AIMS), elle ouvre des perspectives de modélisation d’aides à la décision à destination des dirigeants d’entreprises, investisseurs et autres parties prenantes concernés par le sujet de la performance sociétale.



Université de Toulon - http://www.univ-tln.fr/L-UTLN-analyse-les-leviers-de-croissance-RSE-des-entreprises.html - comweb@univ-tln.fr